Home Actualité et infos sur l'Ecologie Gaz à effet de serre : Définition & Enjeux

Gaz à effet de serre : Définition & Enjeux

par ecobiose
Co2

Depuis quelques années, on entend de plus en plus parler des « gaz à effet de serre » ou GES. Naturellement présents dans l’air, ils sont indispensables à la vie sur Terre. Pour les profanes, la véritable définition d’un gaz à effet de serre peut être complexe. De quoi s’agit-il exactement ? Comment impacte-t-il sur la vie terrestre ? Voici ce que vous devez savoir.

Qu’est-ce que l’effet de serre ?

Avant de donner une définition des gaz à effet de serre, il est indispensable de connaître et comprendre le mécanisme même de l’effet de serre. Phénomène thermique naturel indispensable à la vie terrestre, l’effet de serre peut être décrit simplement comme l’échauffement de la surface terrestre et des couches basses de l’atmosphère.

Une partie des rayons émis par le soleil traverse la pellicule formée par l’atmosphère et atteint le sol et les océans. Ces derniers se réchauffent sous l’effet du rayonnement. La chaleur emmagasinée est ensuite renvoyée dans l’atmosphère sous forme de rayons infrarouge, imperceptibles à l’œil nu, qui se retrouvent en partie piégés par ce que l’on appelle les gaz à effet de serre. Parmi ces gaz figurent la vapeur d’eau et le dioxyde de carbone (CO2). C’est ainsi grâce à ce phénomène que l’atmosphère peut se réchauffer, permettant ainsi à la Terre d’être à la bonne température (en moyenne 15°C). Sans l’effet de serre, il ferait -18°C à la surface de la planète. Invivable pour de nombreuses espèces.

Gaz à effet de serre, késako ?

Un gaz à effet de serre peut être simplement défini comme un gaz qui absorbe les rayons infrarouges émis par la surface terrestre.  Il a un rôle prépondérant dans la régulation du climat.

Actuellement on recense 5 principaux gaz à effet de serre. Il s’agit de :

  • La vapeur d’eau (H2O) 
  • Le dioxyde de carbone(CO2)
  • Le méthane(CH4)
  • Le protoxyde d’azote (N2O)
  • L’ozone (O3)

Il est important de noter que les gaz à effet de serre ne restent pas pour toujours dans l’atmosphère, bien que leur évacuation prenne du temps.

Quid des principales causes et des impacts des émissions de gaz à effet de serre ?

Ces dernières décennies, notamment depuis la révolution industrielle, les activités humaines ont provoqué une augmentation artificielle des gaz à effet de serre déjà présente naturellement dans l’atmosphère. C’est essentiellement dû à une consommation excessive d’hydrocarbures à base d’énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon…), responsables d’émissions de dioxyde de carbone. Les émanations de méthane et de protoxyde d’azote liées à l’agriculture et les élevages intensifs ont également un impact majeur sur le réchauffement climatique. L’homme est ainsi à l’origine de 90% de cet excédent, selon un rapport du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GEIC). Si nous ne faisons pas attention, nous allons détruire notre planète. 

Le surplus de gaz tend en effet à rompre l’équilibre du réchauffement naturel. Oui, de par le taux d’émission de gaz qui augmente, l’effet de serre se trouve renforcé. Le filtre naturel formé par les gaz s’est transformé en une couche de plus en plus dense, retenant ainsi plus de chaleur. C’est essentiellement ce phénomène qui est à l’origine de la hausse de la température moyenne de la planète. De cette température élevée découle le réchauffement climatique qui modifie les équilibres naturels. A titre d’exemple, on peut notamment citer l’accélération de la fonte de banquises, qui engendre ensuite une élévation du niveau de la mer.

Quelles solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ?

Afin d’éviter le dérèglement causé par les gaz à effet de serre, et ainsi assurer une température stable et l’équilibre de l’écosystème, il est impératif de faire en sorte que le bilan énergétique soit nul. Cela consiste avant tout à limiter les émissions de gaz à effet de serre. Pour ce faire, de nombreuses solutions peuvent être mises en place à différents niveaux, et par des actions individuelles ou collectives.

  • Réduire la production et la consommation d’énergies fossiles comme le gaz, le pétrole ou encore le charbon ;
  • Continuer à développer les énergies renouvelables (le solaire, l’éolien, l’hydraulique, la géothermie, le biocarburant) ;
  • Lutter contre la déforestation tropicale qui menace la biodiversité ;
  • Rénover les habitats et favoriser la construction de maisons et/ou bâtiments bioclimatiques ;
  • Privilégier les transports en commun ou le covoiturage ;
  • Limiter les gaspillages de la vie quotidienne (eau, déchets ménagers et industriels, énergie…).

Il est possible d’adapter la société tout en luttant contre le changement climatique causé par les gaz à effet de serre. Dans ce sens, il serait indispensable, entre autre, de s’adapter à la hausse des températures et à la modification du climat. Par exemple, certaines cultures qui demandent trop d’eau pourront être remplacées par d’autres qui seraient mieux adaptées au climat.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire