Archives de catégorie : Ecobiose

ECOBIOSE à la séance plénière Régionale NéoTerra (transition environnementale & climatique)

« Il faut développer des solutions conjointes pour faire face aux changements climatiques et à l’érosion de la biodiversité » s’est exprimé Vincent Bretagnolle en introduction de la séance plénière « NéoTerra » qui se tient aujourd’hui au sein de l’hémicycle régional de Nouvelle-Aquitaine.

L’objectif de cette plénière ? Accélérer et accompagner l’effort de transition en termes énergétique, écologique et agricole et élaborer des actions concrètes opérationnelles à court terme via un document cadre. Les élus régionaux sont aujourd’hui invités à débattre autour de cette feuille de route baptisée NéoTerra.

A cette occasion et pour poser le contexte de la plénière, Hervé Le Treut a donné les principales conclusions d’ACCLIMATERRA et exposé les perspectives internationales et nationales liées au climat puis Vincent Bretagnolle a présenté les premières conclusions d’ECOBIOSE et a proposé des pistes de solutions pour la préservation de la biodiversité en Nouvelle-Aquitaine.

Globalement, « la biodiversité apparait comme une alliée de l’économie de la région Nouvelle-Aquitaine. Pourtant elle est en déclin, en particulier dans les systèmes de production » a constaté le coordinateur scientifique principal d’ECOBIOSE. Il a ensuite donné des exemples de leviers d’action pour transformer et gouverner des socio-écosystèmes plus résilients (la résilience est la capacité d’un système vivant à conserver un état d’équilibre dynamique et à retrouver les structures et les fonctions de son état de référence après une perturbation).  Le chercheur a notamment évoqué la nécessité de créer de nouvelles solidarités entre acteurs du territoire : entre citoyens, entreprises, politiques mais aussi entre agriculteurs, sylviculteurs et viticulteurs.

Pour en savoir plus, consultez :

L’équipe Ecobiose s’étoffe !

Dernière ligne droite pour le comité scientifique Ecobiose dont l’objectif est de produire son rapport synthétique avant l’été 2019. Pour mener à bien cette mission, le chercheur et porteur du projet Vincent Bretagnolle, s’est entouré de deux nouvelles recrues.

Depuis le mois de janvier 2019, c’est Théo Rouhette qui a pris les rênes du secrétariat et de la coordination scientifique d’Ecobiose. Après des études sur la conservation de la biodiversité à l’Université McGill au Canada et sur les services écosystémiques à l’Université d’Edimbourg en Ecosse, il a travaillé sur le rapport mondial « dégradation et restauration des terres » à l’IPBES (plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques).

Début mars, c’est Olympe Delmas qui intègre l’équipe. Après des études de recherche en écologie des zones humides continentales et littorales à l’Université d’Angers, elle s’est formée au journalisme et à la communication scientifiques à l’Université Paris-Diderot. Elle a, par la suite, été journaliste pour les magazines du groupe Science & Vie. C’est elle qui rédigera la version synthétisée du rapport et qui veillera à la diffusion des actualités d’Ecobiose.

ECOBIOSE fait sa transition

Après 19 mois passés à assister le comité de pilotage , Cécile BACLES quitte son poste de secrétaire scientifique fin Décembre 2018. L’occasion pour elle de retenir d’ECOBIOSE « une expérience riche des échanges entre scientifiques de Nouvelle-Aquitaine de nombreuses discipines des sciences écologiques et des sciences humaines et sociales au service d’un projet ambitieux et nécessaire pour replacer le monde vivant au cœur de la société ». La nouvelle équipe en place dès Janvier 2019 accompagnera le comité de pilotage dans la phase finale de préparation de la publication du rapport prévu au premier semestre 2019.